La scolarité en Floride : Le VPK

 

J’ai attendu avant d’écrire cet article car je voulais avoir un peu de recul sur la scolarité en Floride. Je parle de la scolarité en Floride car le système est certes différent de la France mais il l’est aussi selon les États américains. En effet, certaines procédures peuvent changer et le calendrier scolaire est également différent. Par exemple, concernant la scolarité en Floride, la rentrée est en août et la fin de l’année scolaire entre mi mai et fin mai.

Il faut savoir qu’aux États-Unis l’école publique ne commence qu’à 5 ans révolus ce qui signifie que l’enfant devra avoir 5 ans au 1er septembre de la première année d’école appelée Kindergarten. Voici un tableau récapitulatif trouvé sur le net avec les équivalences France – USA :

classes-1024x576

L’inscription en VPK

Pour notre fils, tout s’est joué à un mois près car il n’a eu que 5 ans en octobre mais ceci ne nous a pas posé de réel problème. Après réflexion, nous y avons vu même vu un côté positif à savoir que ça lui laisse une année pour se faire à l’anglais et s’adapter tout doucement. Il aura tout le temps d’être immergé dans le milieu scolaire. Et puis comme ça il reste encore un peu mon bébé !

Il avait donc 4 ans au 1er septembre de cette année et il est donc rentré en Pre-K ou en VPK (terme employé en Floride). Le Pre-K n’est pas encore l’école à 100% et donne accès à un certains nombres d’heures de cours pour tous les enfants ayant 4 ans au 1er septembre de l’année scolaire. Dans notre cas, ce sera 540 heures sur le calendrier scolaire de notre Comté. Ce programme est fait pour préparer les enfants à leur entrée en grande section (Kindergarten) et il est gratuit.

Pour notre fils, ce sera aussi l’occasion de faire ses premiers pas en anglais. Je ne le savais pas avant d’arriver et je l’ai appris par la copine française qui habite ici depuis un petit moment. Elle y a également inscrit sa fille à leur arrivée aux États-Unis qui avait alors le même âge que notre fils. Sa fille est devenue aujourd’hui une vraie petite américaine d’ailleurs.



Selon le quartier, le choix se fera entre une “school” (école) ou une “preschool” (crèche améliorée). Après quelques recherches et visites, nous avons opté pour une preschool de bonne réputation et de petite taille volontairement. Nous voulions que l’intégration se fasse en douceur.

pppp

Une fois, la preschool choisie, la directrice nous a orienté vers le Early Learning pour obtenir l’accord de notre Comté pour l’inscription au VPK. Vous pouvez soit remplir la demande sur leur site  soit vous rendre dans le bureau le plus proche. Nous avons préféré y aller directement avec quelques documents comme un justificatif de domicile, l’acte de naissance de notre fils… Et puis quoi de mieux que de se balader pour découvrir encore mieux la vie américaine.

13312659_1020995681340758_35151590185921320_n

 

Une fois le dossier rempli et après quelques jours nous avons reçu l’accord. Nous sommes retournés à la preschool afin d’y inscrire officiellement notre fils. La directrice nous a alors donné une liste d’éléments à lui apporter pour compléter l’inscription : permis de conduire, certificat de santé et de vaccination faite par un médecin. Nous en avons profité pour chercher et trouver un pédiatre (done) !

ooo

Nous avons également vu avec elle l’ensemble des horaires proposés selon les disponibilités. Nous avions alors 3 choix : du lundi au vendredi de 8.30 à 11.30, 2 jours par semaine de 8.00 à 16.30 ou encore 3 jours par semaine de 9.00 à 3.00. A ce moment là , l’unique horaire disponible était tous les matins de 8.30 à 11.30. Nous l’avons donc validé en mettant une option sur les plannings de 2 ou 3 jours par semaine. La directrice nous a expliqué qu’il y avait souvent du changement de dernière minute avant la rentrée et que des places se libéraient très souvent. Ainsi, elle nous recontacterait durant l’été pour nous tenir informés.

Nous préférions 2 ou 3 jours plein par semaine car nous continuons les cours de français, mathématiques et même d’anglais à la maison..! D’ailleurs, notre fils a énormément progressé et je suis fière du travail que nous avons accompli tous ensemble. Ceci nous demande aussi du travail supplémentaire, des efforts et de la recherche mais nous souhaitons qu’il parle, écrive en français parfaitement. C’est notre choix car il ne sera pas en école internationale mais publique américaine.

Comme promis, la directrice, adorable d’ailleurs, nous a recontacté durant l’été pour nous informer que des places pour 2 ou 3 jours s’étaient libérées. Nous avons alors choisi 2 jours à temps plein par semaine nous laissant 3 autres jours pour les “cours” à la maison. Attention notre fils ayant 5 ans quand je parle de cours c’est entre 1 et 2 heures dans la journée.

L’école trouvée pour faire sa première année en VPK, le rendez-vous était pris pour une journée d’informations une semaine avant la rentrée.

La journée d’informations

Pendant la journée d’informations, nous avons été accueillis par la directrice, la maitresse et l’assistante de la maitresse. Elles nous ont bien expliqué le programme de l’année, le programme mensuel, le programme journalier et toutes les activités mises à disposition pour les enfants. On nous a fourni également une liste de fournitures scolaires à acheter et le programme journalier écrit. J’en ai bien sûr profité pour discuter avec la maitresse car notre fils ne parlant pas un mot d’anglais, j’étais quand même un peu angoissée. Elle a su me rassurer en me disant que l’école recevait chaque année des petits élèves étrangers qui ne parlent pas l’américain. Les 2 derniers en date étaient 2 enfants russes l’année précédente. Il y avait également des collations et boissons à disposition, une ambiance que j’ai trouvée très sympa. Notre fils a commencé à jouer avec les activités proposées et d’autres enfants et ne voulait plus partir !

 

 La rentrée ou back to school

Aux États-Unis, les vacances étant beaucoup moins présentes qu’en France le mot “rentrée” n’existe tout simplement pas. Ne soyez pas surpris si en vous baladant dans les grandes surfaces pendant cette période vous voyez des “Back to school” partout.

Notre fils a donc fait son “back to school” le 11 août ! Tout s’est super bien passé car il avait hâte d’y aller. Il a été accueilli chaleureusement et il a fait une première photo de rentrée.  Il est dans le groupe des “Lions” et ils doivent être une petite quinzaine d’enfants ce qui est juste génial pour démarrer l’école aux États-Unis.

Mon mari l’a emmené (car en maman peu courageuse je ne me sentais pas de l’accompagner) et nous avions déjà ce rythme “de papa amène à l’école le matin” en France. Mon mari m’a donc tenu informée et j’étais contente d’entendre que tout allait pour le mieux. Après avoir raccroché, mon mari m’a rappelé 5 minutes plus tard en me disant qu’on avait oublié… son déjeuner !!! Naïvement, je pensais qu’une petite cantine existait dans la preschool car il était noté sur le planning déjeuner et collations. Grosse erreur, les collations sont bien prises en charge le matin et l’après-midi mais pas le déjeuner.



Heureusement, j’ai un mari super efficace qui s’est débrouillé comme un chef pour lui trouver une lunch box et le premier nécessaire. Je verrai le reste ensuite plus tranquillement. Je lui ai préparé un sandwich rapidement, quelques chips, compote… (oui mon fils n’est pas fan pour ne pas dire déteste les légumes et mon but n’était pas de faire un concours de lunch box). Nous lui avons apporté sa lunch box avant l’heure de déjeuner et tout est rentré dans l’ordre (ouf!). L’année pouvait commencer !

Après quelques semaines

Tout se passe super bien. Il commence à nous dire pas mal d’expressions en anglais comme “stop it”, “come on”, “it’s mine”, “where are you ?” “what is it ?”, ‘I don’t know”… Il connait déjà son alphabet en anglais, compte aussi en anglais et chante les chansons apprises à l’école en anglais. Il a même lu “I love you” récemment (les cours de français y sont pour beaucoup je pense). C’est très rigolo de l’entendre mélanger les expressions françaises et américaines. La dernière fois que je suis allée le chercher la maitresse m’a dit que Valentin commençait à faire quelques phrases et qu’il avait énormément progressé.

Il n’est qu’en VPK mais je trouve déjà le système bien conçu et vraiment ludique. Par exemple, en début de chaque mois, on nous donne le planning du mois avec ce que les enfants apprendront comme lettres, chiffres… Ils ont aussi des petites activités comme la lecture, la peinture et chaque mois est consacré à un thème. On peut donc continuer à en parler à la maison ce qui est très pratique ! Par exemple en septembre, le thème était le corps humain, ils ont fait plein de petites expériences super ludiques autour de ça. Ils ont fabriqué à l’aide d’un sac en papier, de 2 sacs en plastique et de pailles des poumons. Notre fils a compris grâce à ce système comment on respirait.  Ils ont aussi fait une activité découverte comme le soccer (football) et nous y avons inscrit notre fils. Ils ont eu la visite des pompiers à l’école avec pièce de théâtre, découverte de l’univers des sauveteurs… Notre petit bonhomme était ravi et pour l’occasion les maitresses lui ont laissé mettre sa tenue de pompier ! En fan de pompier, il était très fier et heureux de sa journée.

fullsizerender

Il a déjà également fait d’autres photos sur le thème automne et nous avons pu en commander. Bien sûr, à l’américaine avec tous les formats possibles et le thème de Noël si on le souhaite (avec une décoration cadre sapin, boule de neige en verre…) ! 😉

Nous avons aussi une application (très bien faite) sur l’ordinateur et le mobile qui nous permet de dialoguer avec la maitresse, la directrice, de voir des photos de notre fils à l’école, de suivre ce qu’il apprend pendant la journée… On peut aussi participer et y mettre des photos/évènements en dehors de l’école. J’adore le concept. En France, nous l’avions déjà dans l’école où il était inscrit et c’était pratique. Et à la fin de chaque mois, nous récupérons les travaux ainsi que toutes les photos prises à l’école ce qui me permet de lui faire un cahier de sa 1e année scolaire aux États-Unis en images.

Fin août, nous avons eu notre première invitation à la preschool.  A la fin de chaque mois, si nous le souhaitons, nous pouvons arriver une demi-heure avant la fin de la journée pour une présentation sur le travail effectué durant le mois. L’expression orale en public s’apprend dès le plus jeune âge aux États-Unis. Par exemple, en août, ils avaient vu pas mal de choses sur le thème du “train”. Pour cette présentation, la maitresse expliquait de nombreuses choses sur les trains et posait des questions au fur et à mesure aux enfants qui devaient répondre. Quand le tour de notre fils est arrivé, qu’il a répondu et que la maitresse lui a dit “Bravo”, nous étions fiers de lui !

Il est le seul enfant de la preschool à ne pas parler anglais donc il est en immersion totale car dans notre région, il y a vraiment peu de français. J’ai cependant rencontré une autre maman française car sa fille est dans la même preschool que notre fils (pas les mêmes jours) mais elle a eu mes coordonnées par l’intermédiaire de la directrice et m’a ensuite contacté.

Nous savons par la maitresse et les dires de notre fils que tout se passe bien pour l’instant. Il commence à avoir des copains et me reprend sur la prononciation de leurs prénoms. Par exemple, l’autre jour il me dit “Mon copain GabriOl n’était pas à l’école aujourd’hui”. Je lui réponds “ah zut, GabriEl n’était pas là alors?”. Et là il me dit “Non maman ce n’est pas GabriEl mais GabriOl !!!” avec l’accent américain !! 😉

Autre anecdote, aux États-Unis se faire la bise n’est pas dans les coutumes comme en France. On se fait plutôt des “hugs” (on se prend dans les bras en se tapotant le dos, le terme câlin étant trop fort). En allant chercher mon fils il y a quelques jours, la maitresse me dit “Valentin a voulu faire un bisou à une petite fille“. Je comprends qu’il a le réflexe français ce que j’explique à la maitresse. Elle me dit qu’il n’y a pas de soucis et qu’elle me prévient juste car elle a expliqué à notre fils qu’il ne pouvait pas faire de bisous mais des hugs. En rentrant, on essaie de lui expliquer cette différence avec la France mais je ne suis pas encore certaine qui l’ai comprise… Nous le saurons dans les prochains mois !

Pour la suite

Et oui, j’anticipe mais quand on ne maitrise pas bien un système mieux vaut anticiper… Je suis donc déjà en train de me renseigner pour l’école l’année prochaine. Avant d’emménager nous avions vérifié les notations des écoles proches de notre futur domicile. C’était une des conditions non négociables pour nous comme beaucoup de parents. Les écoles primaires vers chez nous sont très bien notées pour l’instant donc c’était déjà quelque chose de rassurant.

En effet, les écoles aux États-Unis bénéficient d’un système de notation sur 10 accessible à tous sur le site de Greatschools.

D’ailleurs, je vous conseille de vérifier le niveau des écoles dont vous dépendrez avant de prendre un logement aux États-Unis. C’est une des premières choses à vérifier ici quand on a des enfants. L’année prochaine notre fils fera sa rentrée en Kindergaten et les choses sérieuses commenceront mais d’ici là nous allons nous concentrer pour que sa première année de scolarité aux USA se passe le mieux possible.

=> Pour comparer les différences scolaires entre les États américains, je vous invite à lire aussi l’article de The Great Adventure to Boston sur la scolarité de leur fille ici !

8 comments
6 likes
Prev post: Les différences américaines 2Next post: Notre premier Halloween aux USA

Related posts

Comments

  • Bujon gerard

    novembre 20, 2016 at 19 h 39 min
    Reply

    Hi Geraldine, J'e suis Gérard Bujon, un ami de votre père (Il est mon coiffeur), qui m'a donné l'adresse de votre blog. J'avais déjà lu votre livre […] Read MoreHi Geraldine, J'e suis Gérard Bujon, un ami de votre père (Il est mon coiffeur), qui m'a donné l'adresse de votre blog. J'avais déjà lu votre livre exposant avec beaucoup de soin votre rêve américain et toutes les formalités que vous avez dû accomplir pour le concrétiser. Ce nouveau document sur le début de scolarité de Valentin m'a beaucoup intéressé et je vais d'ailleurs le "forwarder" à mon épouse Thésy qui a, elle aussi lu votre livre et qui va, j'en suis sûr, l'apprécier. Nous connaissons la région de Floride où vous résidez car nous y avons passé une quinzaine de jours de vacances en 2006 avec enfants et petits enfants. Plus précisémment nous étions sur Little Gasparilla Island. Bravo pour tout, votre esprit d'initiative, votre détermination pour atteindre les objectifs que vous vous étiez fixés et votre très belle idée de laisser une trace écrite de votre aventure, laquelle peut aider d'autres Français à vous imiter ! Amitiés à vous et à votre époux et caresses aux enfants, Gérard. Read Less

    • geraldinewp
      to Bujon gerard

      novembre 21, 2016 at 0 h 28 min
      Reply

      Bonjour et merci infiniment pour votre message. En effet, écrire ce livre me tenez à cœur pour laisser une trace de notre parcours pour d'autres […] Read MoreBonjour et merci infiniment pour votre message. En effet, écrire ce livre me tenez à cœur pour laisser une trace de notre parcours pour d'autres et nos enfants. Je suis ravie qu'il vous ai plu. C'est une belle expérience qui demande des sacrifices (comme l'éloignement de la famille surtout). Nous aimons beaucoup la région où nous nous sommes installés. Nous n'avons pas encore été à Gasparilla Island mais elle est dans notre liste ! Merci encore pour votre message. Amitiés, Géraldine Read Less

  • karine06

    novembre 15, 2016 at 19 h 56 min
    Reply

    Bravo à Valentin !

  • sopeli72

    novembre 15, 2016 at 17 h 33 min
    Reply

    Tu as vraiment un belle plume... Tu sais mélanger le récit contractuel, le côté personnel du sujet et des photos. Mes enfants sont ados donc je […] Read MoreTu as vraiment un belle plume... Tu sais mélanger le récit contractuel, le côté personnel du sujet et des photos. Mes enfants sont ados donc je ne suis pas directement concernée par ce sujet, mais comme c'est toujours un plaisir de lire tes "reportages", je l'ai lu avec beaucoup de plaisir :-) En plus ton fils est trop mignon sur les photos et à l'air tellement épanoui... Read Less

  • Amanda

    novembre 15, 2016 at 14 h 44 min
    Reply

    Excellent article et bravo à votre fils. C'est une chance énorme

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Qui suis-je?

Bonjour, je suis Géraldine, rédactrice du blog Notre Rêve Américain. Gagnante de la DV-Lottery et expatriée aux USA, je vous invite à suivre mes aventures... Read More

Abonnez-vous !
Guide sur les régions du Nord Ouest de la Floride

 

Mon Guide sur l’installation aux USA
 
Tout savoir sur la loterie green card :
  Achetez le livre Notre Rêve Américain - Histoire d'une expatriation de la France aux États-Unis.
MES DERNIERS ARTICLES
Categories
Besoin d’un site internet? Beneficiez des tarifs attractifs de l’agence Papillon Web !
Creation site internet
Propriété intellectuelle :

En vertu de l’article L.111-1 du code de la propriété intellectuelle, les textes et les photos de ce blog sont la propriété de son auteur. A ce titre, aucun texte, aucune photo ou tout autre élément composant ce site internet ne peut être reproduit, modifié ou diffusé de quelque manière que ce soit sans une autorisation préalable de son auteur.